COMMENT DEMARRER UN NO BUY ?

LE NO BUY QU’EST-CE QUE C’EST ?

Non ceci n’est pas le dernier congélateur que je viens d’acquérir, il s’agit bien du congélateur que j’ai depuis X années. C’est juste le résultat d’un « no buy » de 90 jours.

Commençons si vous le voulez bien.

Littéralement parlant, le terme «no buy» signifie «pas d’achat». C’est une pratique anglo-saxonne à la base, mais qui est aujourd’hui très répandue en Europe.

En gros il s’agit d’une période définie pouvant aller de 1 à 6 mois sans acheter quoi que ce soit. Et même au-delà si vous désirez faire un no buy vêtements, accessoires ou autres. La dernière période s’entend pour les plus déterminés.

C’est sûr que lu comme ça, vous commencez déjà à défaillir et à perdre la vue. Comment ? Quoi ? Aucun achat ? Aucun ? Noooooon !

Mais avec les conseils et les résultats du « no buy » vous allez très vite recouvrer la vue.

Lorsque l’on décide d’aborder et de mettre en place le no buy, il faut quand même d’une part, le faire dans le but vraiment de changer notre vision de la consommation. Et d’autre part, s’engager à renouveler l’opération. En se fixant pourquoi pas 2 à 3 fois par an.

Vous pensez certainement et c’est normal, que ce n’est pas possible. Mais je vous assure qu’on y prend très vite goût et par la suite vous ferez du no buy une routine comme une autre.

Durant cette période nous sommes d’accord pour dire que nous ne mangeons plus au restau du coin le midi avec les collègues, plus de ALLO PIZZA le soir et terminé le petit café STARBUCKS.

LA MISE EN PLACE

Vous pouvez soit le faire dès la fin de la lecture de cet article ou bien démarrer en début de mois après vos courses.

L’exercice étant de n’utiliser seulement les denrées que vous avez chez vous. Dans le réfrigérateur, dans le congélateur, dans les placards. Sans jamais vous ruez dans les supermarchés. Mais faire avec ce que vous avez à la maison.

Le no buy s’applique bien évidemment sur tous les achats, il ne s’agit pas d’aller se venger sur les fringues et les cosmétiques.

Le no buy ce n’est rien, aucun achat. C’est plus qu’un exercice ludique de gestion budgétaire, il amorce surtout une nouvelle façon de consommer.

Qui dit « no buy », dit pas de chèques, pas de carte bleue, pas de carte de crédit à la consommation. Sinon ce serait trop facile et cet apprentissage ne servirait à rien.

Le principe étant que vous appreniez à être maître de vos finances et non pas le contraire.

« L’argent est un très bon serviteur mais un très mauvais maître ».

LES TECHNIQUES POUR TENIR JUSQU’AU BOUT

Pour moi bizarrement le moment où je démarre mon no buy et bien c’est autour du 20 du mois. Bien que le réfrigérateur et les placards fassent peine à voir à cette date. Le maximum que j’ai pu tenir était 90 jours sans aucun achat. Sauf bien sûr le pain, le lait, etc… Mais sinon rien de rien. J’utilisais tout ce que je pouvais trouver chez moi.

A moi les quiches improvisées, les gratins de poisson au boulghour, les feuilletés au fromage. J’ai retrouvé le pain perdu de mon enfance. Et la liste est encore très longue.

L’astuce de l’assiette américaine

Ainsi je l’annonce en trompette à ma famille. Mes enfants adorent, mon mari moins.

Pourquoi est-ce que cette pratique plaît à mes enfants ? Lorsqu’ils étaient petits, j’avais mis en place une habitude de repas qu’ils adoraient. Le principe de base était de finir les restes.

Je suis une grande amatrice de films américains, autant vous dire que du coup mes enfants aussi. J’aime voir la façon dont les américains organisent les barbecues, les fêtes de fin d’année et surtout la fête de Thanksgiving, que tout le monde connaît. Qui est une fête qui célèbre ce que l’année nous a apporté.

Au passage c’est ce que beaucoup de pays devraient faire, rendre grâce pour l’année écoulée et être plein de gratitude pour celle à venir. Bref ceci est un autre débat.

Lors de la fête de Thanksgiving une table avec une multitude de mets est dressée. On y trouve la fameuse dinde, de la purée de pommes de terre, de la salade, du maïs, du chou mais aussi des desserts comme de la crème, du chocolat. Enfin une table qui donne envie.

Chaque convive rempli son assiette, un peu de ceci, un peu de cela. C’est ce que j’appelle l’assiette américaine. Et bien voilà comment depuis leur plus jeune âge mes enfants mangent les restes sans aucun problème. Je leur annonce que nous allons faire une assiette américaine.

Et j’invite chaque parent à essayer cette technique. C’est un succès garanti.

Etablissez des menus

« Un livre de cuisine, ce n’est pas un livre de dépenses, mais un livre de recettes ». Sacha Guitry

Comme si bien dit par Sacha Guitry, le fait d’établir les menus de la semaine. C’est comme suivre pas à pas un livre de cuisine, ce n’est pas qu’une question d’organisation mais bien évidemment un moyen certain de faire des économies et ainsi gérer les entrées et sorties dans le budget « courses ». Le simple fait de faire des menus vous invite à chercher ce qu’il vous reste de denrées avant d’acheter.

Il oblige une gestion de stock et ainsi permet par exemple, si vous prévoyez un pique-nique, de constater que vous avez tout ce qu’il vous faut à la maison. Si le petit a une sortie scolaire, d’anticiper plutôt que de courir au supermarché du coin acheter un sandwich tout prêt, qui en plus d’être infecte est bourré de substances nocives pour la santé.

A la place vous pourrez préparer vous-même une collation faite maison dans toutes les règles de l’art.

En prenant l’habitude d’établir des menus, même en dehors d’un no buy on fait d’énormes économies.

Vous allez vous rendre compte, à quel point il est amusant de chercher à faire un menu avec ce qui reste de nourriture. Vous devrez faire preuve d’imagination. Il vous faudra aller sur internet chercher des recettes. En inventer de nouvelles certainement.

Le porte-monnaie

Au lancement de votre no buy, ne laisser qu’une petite somme en liquide dans votre porte-monnaie. Une somme challenge, qu’il va falloir garder le plus longtemps possible.

Le but étant qu’à la fin du mois il vous reste ne serait-ce qu’un euro. C’est peu mais croyez-moi lorsqu’on est limité, garder un euro c’est très difficile.

Pourquoi ? en dehors du no buy, si vous avez besoin d’acheter quelque chose et bien vous dégainez votre carte bleue. Et bien là, impossible sans se demander combien il vous restera si vous gaspillez tout.

Attention !!!!!!!! aux tricheuses, il est bien sûr hors de question d’y mettre 500 euros dans votre porte-monnaie. Mais une petite somme mensuelle, genre 50 euros en fonction de la taille de votre famille mais en restant raisonnable. Cette somme moi je l’appelle PAIN/LAIT.

Oui parce que cette somme ne vous servira qu’à l’achat journalier du pain, du petit café au bureau (je n’ai pas dit au STARBUCKS).

Croyez-moi, ce petit exercice est topissime, parce qu’à chaque fois que vous ouvrirez votre porte-monnaie, vous vous direz : « alors aujourd’hui nous sommes le 20 du mois et sur les 50 euros et bien il me reste 35 euros…….. GENIAL !!!!!!!!! ». Cela va devenir un vrai challenge, un super jeu.

Mais de cet exercice vous allez devoir en faire quelque chose, sinon il n’a aucun intérêt.

Disons que nous sommes le 30 du mois, il vous reste 15 euros, et bien vous allez prélever la somme que vous voulez. Cette somme, vous allez intégralement la mettre dans TITINE LA TIRELIRE. Vous vous rappelez, l’article précédent « comment faire des économies ».

LE RESULTAT

Lorsque l’on met en place une technique et peu importe laquelle, on s’attend à un résultat. Il en va de même pour le no buy. On veut bien se priver mais à condition d’en tirer un quelconque bénéfice.

Le résultat d’un no buy apporte plusieurs satisfactions. D’une part, un apprentissage, une nouvelle façon de gérer son argent et sa consommation. Et d’autre part, des économies certaines.

Mais ce résultat doit vous aider à comprendre qu’il faut changer votre façon de consommer, votre façon d’aborder vos dépenses en vous souciant du lendemain et d’autrui.

C’est prendre la mesure d’un sacrifice. Il est certain qu’à un moment le no buy s’arrête, il faut bien continuer à manger. Mais je peux vous assurer ici que vous ne consommerez plus jamais de la même façon.

Cet exercice qui peut sembler un jeu, c’est le jeu que beaucoup de nos concitoyens jouent. Je ne pouvais pas faire cet article sans parler de ceux pour qui ce n’est pas un apprentissage mais une réalité.

Le plus grand bénéfice que vous gagnerez à mettre parfois en place le no buy, est un bénéfice de partage, de prise de conscience, un rapprochement humain.

Au-delà du fait que vous consommerez moins, votre esprit ne sera plus occupé à chercher comment combler un vide par un achat impulsif et compulsif, mais comment le contourner.

Et si l’envie vous démange d’acheter et bien acheter pour les autres. Beaucoup d’associations œuvrent à remplir les estomacs de ceux pour qui le no buy c’est tous les jours.

Latifa pour felezine-heureux-presages.com

BLOG D’ACCOMPAGNEMENT PERSONNEL ET STYLE DE VIE.

4 commentaires sur “COMMENT DEMARRER UN NO BUY ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s