COMMENT ETRE HEUREUX ?

Je crois au destin ! oui je suis persuadée que les choses sont écrites. D’une part, parce-que c’est lier à ma confession religieuse et d’autre part, je pense qu’en toute chose il faut un protocole, un tracé, un plan.

Alors bien évidemment cela n’engage que moi, nous avons comme n’importe quelle chose vivante une durée de vie avec un début et une fin et entre les deux des événements que nous ne maitrisons pas. Depuis ma plus tendre enfance, j’ai accepté de n’avoir la maitrise de rien en ce monde, on appelle ça être fataliste. Certaine que l’existence humaine suit un cheminement inéluctable, où tout échappe à notre volonté.

Et bien aujourd’hui plus que jamais j’en suis sûre et il n’est pas besoin d’aller bien loin pour en avoir confirmation. Une chose qui s’appelle LA COVID nous le montre et prouve encore aujourd’hui. Bien évidemment vous me direz certainement que ce n’est pas le premier virus qui s’abat sur notre planète. Effectivement mais tout de même c’est le seul qui a obligé le monde à s’agenouiller et à changer sa façon de vivre.

Vous avez là un virus qui n’a pas d’odeur, pas de couleur, pas d’origine précise, et qui dit au monde ou plutôt lui rappelle qu’il ne maitrise rien de rien.

Cet article sur le bonheur écrit depuis bien longtemps devait être le premier de mon blog et bien vous voyez comme les choses sont faites. Je décide de le publier aujourd’hui en y parlant de la covid, qui a bouleversé le sens réel du mot bonheur.

POURQUOI ?

Beaucoup trop souvent vous estimez ne pas être heureux. Mais un événement comme celui de ce virus a vraisemblablement changé la donne. En donnant une autre approche de ce que l’on pense être pour nous le bonheur. Dans la continuité de ce que je disais plus haut sur la fatalité et la non-maitrise pour certains événements.

Selon les chiffres : 56% des français s’estiment heureux contre 26% très heureux.

Certains jours vous vous levez le matin, le ciel est bleu, vous sautez d’un pas décidé de votre lit. Une douche, un café, une tartine et hop vous partez au boulot. Mais bizarrement d’autres jours c’est la catastrophe rien ne va plus. Le regard que vous portez sur la vie est vide de sens, vous n’arrivez pas à vous extirpez du lit. Vos collègues vous insupportent et le café à un goût amer. En plein questionnement, vous vous dites mais « pourquoi je ne suis pas heureux ? ».

BONHEUR ou LA BONNE HEURE

Non ceci n’est pas un mauvais jeu de mots. Mais si l’on me posait la question de savoir si je suis heureuse et bien je pense que comme pour beaucoup d’entre nous je ne saurais y répondre. Non pas, parce-que je ne sais pas, mais plutôt parce-que tout dépend du jour, du lieu et surtout du moment. Mais en cherchant un peu, j’ai compris que je n’avais pas tort.

C’EST QUOI LE BONHEUR ?

Si on s’attarde sur la définition stricto-sensu, le bonheur « évènement heureux, circonstance favorable ». Si je prends la définition, je suis heureuse seulement et seulement si,  je vis des évènements heureux et que je rencontre des circonstances favorables.

Un bon travail, un bon mari ou une bonne épouse, une maison, un jardin, une belle voiture bref ! Ceci pourrait facilement être une bonne définition. Mais si on regarde bien il s’agit toujours de « remplissage ». Un peu de ceci, beaucoup de cela. Si je n’ai rien de ce qui est cité ici, je suis donc malheureuse. Comme si aujourd’hui le bonheur se définissait par la quantité de choses, d’objets, de relations et même d’argent.

La peur du vide, de la solitude, du manque, de l’abandon. Tout ce dont l’humain a peur. Parce-que oui ! pour rappel l’être humain n’est pas fait pour vivre seul.

Alors on court obstinément vers une chose, un objet qui représente « le bonheur » pour nous. Une quête éphémère, et une fois cet objet en notre possession. Tout cet enthousiasme, cette joie, cette euphorie, s’écroule comme un château de cartes. Et ce qu’on pensait être le bonheur n’était juste « qu’un remplissage ».

ET SI LE BONHEUR….

« Le bonheur n’est pas d’avoir ce que l’on désire mais d’apprécier ce que l’on a »

Un magnifique ciel bleu de printemps, le chant des oiseaux de beau matin, le sourire de votre enfant, un regard amoureux ou l’odeur d’un bon gâteau qui lève dans le four. Nous sommes entourés de petits bonheurs sans y prêter aucune attention. On oublie trop souvent et on s’en aperçoit beaucoup trop tard, lorsque cette chose nous est enlevée que finalement nous étions heureux.

Aujourd’hui nous nous focalisons sur ce que nous n’avons pas sans jamais faire état de ce que l’on possède déjà. Si on perd son temps à se plaindre, à dénigrer ce que l’on possède, à être des éternels insatisfaits et bien la quête du bonheur n’a aucun intérêt.

Le bonheur prend la forme que vous voulez bien lui donner. Cela ne vous rendra pas plus heureux. La quantité n’a jamais fait la qualité. Vous voyez le bonheur finalement se niche partout. Tout cela pour vous dire qu’il faut apprécier chaque jour comme un bonheur. Déjà parce-que vous êtes vivant.

Et puis comme pour LA COVID une catastrophe peut arriver sans crier gare et s’abattre sur nous.

UN ENTRAINEMENT AU BONHEUR

Chaque jour je fais un petit jeu que j’aime beaucoup. Dans la progression de la journée je note dans un petit carnet la petite chose qui a mis du bonheur dans ma journée. Ça peut être un fou rire, le goût exceptionnel du café du matin, ou simplement la gratitude que je ressens d’être en vie pour continuer à contempler ce monde que je perçois de merveilleux. Essayez pour voir.

En fin de semaine relisez cette page, en prenant votre petit déjeuner et je suis certaine que sur votre visage un petit rictus viendra se nicher comme le bonheur. On se rend vite compte qu’il y à plus de bonnes choses autour de nous que de mauvaises. A condition de s’attarder sur l’essentiel. Et croyez-moi ça marche pour tout le monde. Que vous travaillez dans une boite que vous n’aimez pas, que vous soyez au chômage, malade, seul(e), loin de votre famille etc…

C’est comme pour la photo, il y a ce que l’objectif capture et ce que votre cerveau par l’intermédiaire de vos yeux ressent. Vous savez c’est le truc du verre à moitié vide.

Il vous faut créer vos instants de bonheur. Composer avec l’instant présent. Inventer votre définition du bonheur.

Aujourd’hui mon petit moment de bonheur a été d’écrire cet article. Et si j’ai pu ne serait-ce qu’avec une seule personne, partager un bon moment et bien vous faites de moi une femme encore plus heureuse.

Soyez heureux et n’oubliez pas « ne jamais envier la vie d’autrui au risque d’hériter de son destin ».

Latifa pour FELEZINE-HEUREUX-PRESAGES.COM

BLOG D’ACCOMPAGNEMENT PERSONNEL ET STYLE DE VIE.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s