Cocoonavirus®

                                                                    1ère semaine de confinement

Vendredi 20 mars 2020

Le terme cocooning est un terme inventé en 1987 par Madame Faith Popcorn. Cela désigne l’attitude à se trouver si bien chez soi, au point qu’on ne s’autorise à sortir que pour les nécessités vitales.

« Cocoonavirus » n’est pas un mauvais jeu de mots, bien au contraire.

Bien avant la mise en place du confinement obligatoire, beaucoup de nos compatriotes ont continué à se croire en vacances.

La notion de danger présente dans tous les médias, relayant les cas du continent asiatique, n’était pas encore de mise dans les esprits.

Pique-nique dans les parcs, réunion en plein air avec des amis, totale insouciance sociale.

Et ce malgré une première mise en garde du gouvernement.

Pour beaucoup, confinement sonnait comme cocooning.

Le confinement imposé depuis stipule bien la restriction des déplacements au strict nécessaire. Comme son travail, achats de médicaments à la pharmacie ou encore une rapide promenade.

Ironie de la situation vous ne trouvez pas ?

L’ANNONCE

Lundi 16 mars 2020 notre président, Monsieur Emmanuel Macron, déclare à la nation que nous sommes dès mardi 17 mars 2020 à partir de 12h en confinement. Sans savoir pour combien de temps.

Aujourd’hui on nous impose un « cocooning » pour lequel on aurait tout donné en temps normal mais qui aujourd’hui est plus considéré comme une privation de liberté sociale que comme des vacances.

Alors c’est décidé confinement pour tout le monde.

CONFINEMENT

Comment appréhender ce confinement imposé et penser qu’il va s’agir d’un moment de confort.

Les premiers temps, ce qui est sûr c’est que pour beaucoup cette « pause » va arriver à point nommé.

Fatigué d’une météo exécrable depuis le mois d’août, épuisé par un travail harassant ou tout simplement enfin réunir parents et enfants qui en temps normal ne font que se croiser.

Mais ce moment va vite se transformer en cauchemar et le mot est faible.

LE CORONAVIRUS

La maladie Covid-19 est apparue en Chine fin 2019, elle est causée par le SARS-CoV-2. C’est un virus qui appartient à la grande famille des coronavirus. La famille des coronavirus peut aussi bien provoquer un simple rhume ou bien une grave infection respiratoire comme la pneumonie.

Il y a eu d’autres épidémies mortelles comme le SRAS ou le Mers.

COMMENT SE TRANSMET LE VIRUS ?

Le principal mode de transmission est lorsqu’une personne porteuse du virus, tousse, éternue ou bien touche une zone particulière.

En effet, le virus se trouve dans les gouttelettes de salive. Qui peuvent se déposer un peu partout. D’où le danger.

Il faut savoir que beaucoup d’enfants et de jeunes adultes, portent en eux le virus mais ne développent pas la maladie et ne présentent aucun symptôme. C’est ce qui s’appelle être ASYMPTOMATIQUE.

En revanche ces jeunes personnes peuvent propager la maladie. Considérés comme des porteurs sains, il a été d’une urgence capitale de fermer les établissements scolaires.

UN SEUL REMEDE CONNU

Nous ne disposons ni de vaccin, ni de médicaments à ce jour.

Nos seules armes se trouvent dans des gestes banals. Gestes de tous les jours qui aujourd’hui peuvent sauver des vies.

  1. Confinement
  2. Gestes barrières comme se laver les mains, tousser et éternuer dans son coude.
  3. Utiliser des mouchoirs à usage unique.

LES PREMIERS CHIFFRES

A l’heure où j’écris les chiffres ne sont pas très élevés (pour le moment).

9134 contaminations confirmées pour 264 décès.

3626 personnes hospitalisées, dont 931 en réanimation.

Contrairement en Italie où le nombre est exponentiel.

En Chine pays de naissance du virus, la courbe commence à amorcer sa chute. Le nombre de personnes contaminées est pour la première fois en baisse. Raison à cela un confinement drastique.

CHEZ NOUS

Comme tout le monde ou presque, nous sommes en confinement. A la maison, il y a 4 enfants, mon mari part travailler chaque jour, pas le choix et croyez-moi je n’ai pas du tout l’esprit tranquille.

Mais comme pour notre personnel soignant, je suis très fière de lui. Et très fière de la grandeur de notre personnel soignant. Des hommes, des femmes, (pères, mères, sœurs, frères, oncles, tantes, filles, fils).

Ces gens nous offrent plus que leur travail, plus que leur temps, plus que leur expérience. Ils nous offrent en cadeaux ce qui a de plus cher à leurs yeux, leur famille.

Parce que chaque jour est un jour de plus ou le lendemain est incertain. Il faut savoir qu’une fois contaminée et hospitalisée, la personne ne peut plus voir sa famille.

Plus de contacts physiques, plus de câlins aux enfants, conjoints. Et peut-être à jamais.

Nous avons malgré tout, la chance, oui la chance ! d’être en famille. Certes confinés mais en vie.

Ne l’oublions jamais.

RESTEZ CHEZ VOUS

Latifa pour FËLEZINE®

BLOG D’ACCOMPAGNEMENT PERSONNEL ET STYLE DE VIE.